Quintin

Ecoquartier de 100 logements et un parc

  • Architecture
  • Urbanisme
  • Paysage

Maître d’ouvrage : Ville de Quintin

Nature : Maîtrise d’œuvre urbaine pour la réalisation d’environ 100 logements et un parc sur le site de l’ancien hôpital et des Brasseries, en secteur AVAP / Site Patrimonial Remarquable.

Mission : Maîtrise d’œuvre des espaces publics – Prescriptions urbaines, architecturales et paysagères – Concertation publique et opérateurs – Suivi des lots et avis sur PC

Surfaces : 2,6 Ha

Coût : 1,1 M€HT espaces publics

Calendrier : 2019 – 2022

Equipe : ICA mandataire, URBAN WATER hydrologue, ABEIL ingénierie VRD, EXPERTISE URBAINE programmation immobilière et montage opérationnel, QUARTORZE chantier participatif.

  • ALLIER LES ENJEUX PATRIMONIAUX ET ENVIRONNEMENTAUX
  • DONNER LES RÈGLES DU JEU EN AMONT POUR IMPLÉMENTER UNE QUALITÉ ARCHITECTURALE TOUT AU LONG DU PROCESSUS
  • réemployer LES MATÉRIAUX ISSUS DES DÉCONSTRUCTIONS

Suite à la délocalisation de l’hôpital en 2016, la commune de Quintin, « petite cité de caractère » ayant rejoint récemment l’agglomération de Saint-Brieuc, lance un projet d’aménagement de ces friches en cœur de bourg. Dans un contexte de commune rurale classée en AVAP, le projet doit trouver le juste équilibre entre densité, patrimoine et paysage.

Le site accueillera une centaine de logements individuels, intermédiaires et collectifs répartis en 4 opérations. Un parc central articulera les nouveaux logements et le bâtiment patrimonial des Carmes, ancien hospice du XVIIIe siècle reconverti en logements pour seniors, espaces associatifs et centre culturel.

La programmation immobilière vise à faciliter le parcours résidentiel des Quintinais et permettra l’accueil de nouvelles populations tout en maitrisant les coûts de sortie des différents programmes. 

La composition du site s’appuie sur 3 fondamentaux :

  • la géographie : ancrer le site dans le paysage naturel des coteaux de la vallée du Gouët ;
  • l’histoire : structurer le site en continuité des tracés historiques et révéler le patrimoine bâti ;
  • les usages : inscrire le site dans une boucle de parcours et d’usages quotidiens.

 

Le projet utilise les typologies paysagères caractéristiques de la commune pour recomposer le site : murs d’enceinte en granit, venelles piétonnes, arbres d’alignement et mail plantés, bocage et haies vives. La gestion intégrée des eaux pluviale s’appuie aussi sur les traces historiques du site. L’axe principal de cheminement des eaux pluviales, en surface, reprend le tracé de l’ancien aqueduc souterrain, dans une démarche quasi-archéologique visant à faire ressurgir l’ouvrage hydraulique.

Les matériaux issus des déconstructions des anciens bâtiments hospitaliers seront stockés sur site et réutilisés pour les murets de soutènement qui composent le parc. Le réemploi des matériaux in situ s’inscrit à la fois dans une démarche patrimoniale visant à s’inscrire en continuité avec l’histoire du site en préservant les ressources signifiantes (patrimoine géologique, industriel et résidentiel), et dans une démarche environnementale visant à réduire l’impact carbone de l’aménagement, en valorisant les gisements existants et en limitant les transports de matériaux. La filière du lin, historique à Quintin, sera mobilisée pour les futures constructions à travers la prescription de laine de lin isolante et de béton biosourcé à base de fibre de lin.

[+]
Jeu de mail
Vue sur le parc depuis un logement
Retour aux projets
Colmar
Musée du Livre
Suivant
Saint-Brieuc
Plan guide des espaces publics du centre-ville
Précédent